Garonne Amont

Description

Ce territoire de 6 150 km2 à cheval sur 4 départements (l’Ariège (09) ; la Haute Garonne (31) le Gers (32) et les Hautes-Pyrénées (65)) contient la Garonne et ses affluents jusqu’à Toulouse. Il est à cheval sur 6 unités de gestions : l’unité de gestion du Touch, l’UG 5 Saint-Martory, l’UG 6 Portet (Ariège), l’UG 7 Roquefort, l’UG 8 Valentine et l’unité de gestion du système Neste. En conséquence le quota de ce territoire est supérieur à 45 hm3). D’un point de vue hydrologique un des grandes spécificités de ce territoire réside dans le canal de Saint-Martory et le canal de la Neste. Il s’agit du territoire de test ayant servi à la construction de la plateforme.

Solution de modélisation (tableau de bord)

Certains modèles, tel que le choix d’assolement, ont plusieurs instantiations possibles. Dans le tableau qui suit les processus génériques ne sont placés au même niveau que les processus n’ayant qu’une seule instance possible, les sous modèles sont quant  à eux représentés en italique.

Module agricole Module hydrologique Module normatif Module autres usages
Choix d’assolement : Modèle hydrologique : Allocation des volumes prelevables Prélèvements AEP
Par données d’entrées Pluie-débit simple Contrôle et verbalisation Prélèvements IND
Par fonctions de croyances Avec formalisme SWAT Ediction des arrêtés de restriction Rejets AEP
Dynamique sol-culture : Hydraulique des canaux Stratégie de lâcher de barrage Rejets IND
AqYield Remplissage des retenues Evolution de la population
Modèle simple Débits d’entré
Prélèvements IRR Série climatique
Binage
Irrigation :
Irrigation par bloc
Irrigation simple
Récolte
Semis
Travail du sol
Disparition des ilots
Marché agricole

Remarque : les processus utilisés dans le cas d’application sont ceux surlignés en gris (avec une petite icône).

Données d’entrée propres au cas d’application

Les canaux

Actuellement, seuls les canaux principaux de la zone Garonne-Amont sont modélisés. Voici les deux canaux modélisé :

Le canal de Saint-Martory

Il relie Saint-Martory à Toulouse. Il est donc intégralement dans la zone Garonne Amont. Il prélève en juin-juillet de 8 à 9 m3/s depuis la Garonne et environ 100 hm3 du 1er juin au 31 octobre.

Les prélèvements varient entre un maximum autorisé de 10 m3/s et un minimum pour satisfaire les besoins de 2,5 m3/s. L’intensité des prélèvements est fonction des débits mesurés à Valentine (point nodal en amont de la prise d’eau du canal) et à Portet-sur-Garonne (point nodal à l’aval)

Un certain nombre de prélèvements ont lieu sur le canal, la consommation peut se résumer ainsi (en hm3) :

Juin-Octobre Novembre-Mai Année
Eau potable 7 10 17
Ludique (plan d’eau) 1 6 7
Irrigation 17 5 22
Réalimentation (de la Louge et du Touch) 21 44 65
total 46 65 111

 

Dans un premier temps les pertes liées aux productions hydrauliques seront négligées.

Image Canaux
Canaux de la zone Garonne-Amont avec les points de prélévements

Comme le montre la carte ci-dessous, des prélèvements d’eau potable ont bien lieu sur le canal.

La réalimentation de la Louge et du Touch peuvent dans un premier temps se modéliser de la manière suivante :

– 21 % de l’eau prélevée (soit 21 hm3 sur les 100 hm3 prélevés pendant la période Juin-Octobre) réalimente le Touche et la Louge. Si on conserve les proportions annuelles de réalimentation entre la Louge et le Touche alors :

– 14,5 % (0,21 * 45/65) de l’eau prélevée en Juin-Octobre (soit 45 hm3 sur les 65 hm3 prélevés par an) réalimente le Touche

– 6,5 % (0,21 * 20/65) de l’eau prélevée en Juin-Octobre (soit 20 hm3 sur les 100 hm3 prélevés par an) réalimente la Louge

– 44 hm3 de l’eau prélevée pendant la période Novembre-Mai réalimente le Touche et la Louge. De même, en conservant les proportions annuelles de réalimentation entre la Louge et le Touche, on obtient que :

– Le Touche est réalimenté avec un débit de 1,68 m3/s pendant la période Novembre-Mai (soit 44 hm3 sur les 65 hm3 prélevés par an et 30,5 hm3 sur les 44 hm3 prélevés pendant la période Novembre-Mai), soit 46,9% de l’eau prélevée.

– La Louge est réalimentée avec un débit de 0,74 m3/s pendant la période Novembre-Mai (soit 44 hm3 sur les 65 hm3 prélevés par an et 13,5 hm3 sur les 44 hm3 prélevés pendant la période Novembre-Mai), soit 20,7% de l’eau prélevée.

Compte-tenu des observations, la meilleure prédiction possible pour ce canal semble être la moyenne journalière observée sur la période 1970-2010. A noter que la variation du prélèvement semble faible (1,5 m3/s vis à vis de débit de l’ordre de 20 m3/s). En conséquence de débit moyen observé a été reporté dans les données de forçage.

Le canal de la Neste

Il prélève environ 100 hm3 du 1er juin au 31 octobre, principalement de début mai à fin août.

Une première approximation pourrait consister à reproduire l’observation des prélèvements par une simple fonction linéaire par morceaux :

– 13 m3/s en juin

– un prélèvement décroissant linéairement de 13 à 4 m3/s de début juillet à fin aout

– un prélèvement de base de 4 m3/s de septembre à octobre

Une telle fonction reproduirait une prélèvement de 98 hm3 du du 1er juin au 31 octobre

La prédiction se fait en observant Sarrancolin. Compte-tenu de la position du canal et du point de référence, il n’est pas nécessaire d’estimer de perte de débit entre le point de mesure et la canal

Références

 

Contacts

Olivier Therond (INRA) olivier.therond[at]inra.fr
Romain Lardy (ARVALIS – Institut du végétal) r.lardy[at]arvalisinstitutduvegetal.fr