projet CASDAR SIMULTEAU (2015-2018)

Titre du projet

SIMULTEAU : Conception et développement d’un modèle de territoire pour la gestion collective de la ressource en eau par les Organismes Uniques

Chef de projet

Bernard LACROIX (b.lacroix[at]arvalisinstitutduvegetal.fr)

Membres du projet

ARVALIS – Institut du végétal ; INRA UMR AGIR ; CESBIO ; CACG ; Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie ; Chambres Départementales d’Agriculture du Gers, des Hautes-Pyrénées et du Tarn

Objectifs

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006, vise à instaurer pour les prélèvements agricoles la gestion collective de la ressource en eau, ceci afin de limiter la fréquence des états de crise où la ressource est mise en défaut. Un Organisme Unique par périmètre sera chargé de répartir le volume autorisé des prélèvements, souvent revu à la baisse, auprès des irrigants. Pour cela il devra concevoir un plan de répartition du volume et un protocole de gestion en cours de campagne pour adapter ce plan en cas de limitation des usages.

La gestion collective sera mise en application d’abord dans les Zones de Répartitions des Eaux (ZRE), zones à déficit structurel entre les prélèvements et la ressource en eau. La majorité des régions où l’irrigation s’est développée est concernée par la réforme. Les systèmes de production irrigués et les filières vont devoir s’adapter à ces évolutions.

L’objectif du projet est de mettre au point, avec les Organismes Uniques de Gestion Collective partenaires, un modèle intégré de territoire pour la conception et l’évaluation :

  • de plans de répartition du volume prélevable,
  • de protocoles de gestion collective en cours de campagne.

Ce modèle devra être capable d’utiliser les bases de données développées par les Organismes Uniques et les opérateurs institutionnels. Les évaluations des impacts de différents scénarios de répartition de la ressource en eau envisagées par les OU, ou d’autres parties prenantes, sur les systèmes de production, les filières et la ressource en eau permettront de repérer les plus robustes. Ces évaluations devraient permettre aussi de clarifier le débat à l’intérieur de chaque territoire entre l’OU et l’administration et aussi de rendre plus objectives les discussions avec les autres usagers de la ressource. Par ailleurs la création de ressource en eau supplémentaire, là où elle est envisagée, pourrait être étudiée à partir d’un chiffrage économique et environnemental délivré par le modèle.

Résultats et Valorisation attendus

Les livrables de ce projet sont :

  • une architecture générique informatique permettant de développer à l’échelle d’une unité de gestion (bassin versant) un « modèle intégré du territoire pour la gestion de l’eau par les OU » avec ses procédures d’instanciation et de paramétrage
  • une documentation explicitant la méthode générale à mettre en œuvre pour un transfert de l’outil à de futurs utilisateurs.
  • deux modèles concrets correspondant à l’instanciation de cette architecture sur les deux terrains d’étude du projet (Tarn aval et Adour amont).

Cela permettra aux OU de simuler différentes options de gestion collective de l’eau (répartition du volume prélevable entre irrigants, gestion en cours de campagne, création de ressources nouvelles) sur des séries climatiques y compris en considérant les évolutions attendues du fait du changement climatique. L’approche multicritère permettra d’évaluer ces options en confrontant les points de vue de la ressource en eau (respect des DOE), de l’économie des exploitations agricole irrigantes et de l’économie des filières intéressées par le territoire. Cette utilisation devrait permettre d’améliorer globalement la gestion collective de l’eau à l’échelle du territoire.

État d’avancement

Vous trouverez ici la lettre d’information de janvier 2017.